Sucre et enfants : une fois de temps en temps

Mis à jour : juin 17

On sait que le sucre n'est pas bon, ce qui compte c'est d'en consommer " une fois de temps en temps ". N'est-ce pas ? Voyons donc ce qu'il en est vraiment et quelles sont les astuces pour faire au mieux.


Illustration

Petite illustration avec mes propres enfants. Je n'achète jamais de biscuits, de céréales sucrées pour le petit déjeuner, ou encore de bonbons. Pourtant leur consommation de sucre est bien supérieure à ce que je considère être " une fois de temps en temps ".


Noël, Nouvel an, Chandeleur, Pâques, Halloween. Impossible de passer ces périodes sans qu'ils ne ramènent des friandises de l'école, de la mairie, des voisins, des amis, de l'église, du hand, de la danse, de la musique. Il faudrait vivre reculé au fin fond d'un trou paumé pour ne pas être de la fête. Noël ? On ne le fête pas une fois mais dix fois. La galette des rois ? Minimum quatre fois. A chaque fois, des desserts, des sodas et des bonbons. Cerise sur le goûter ? Les restes. On en a pour trois jours.

" Mais ce n'est pas grave, me dit-on, c'est une fois de temps en temps. "

Ils sont invités au moins une fois par mois à un anniversaire, mangent gâteaux, sodas, bonbons en quantité et en ramènent un sac entier à la maison.

" Les pauvres, laisse-les un peu tranquille, me dit-on, c'est une fois de temps en temps. "

Avez-vous déjà osé inviter des amis à manger sans leur servir de dessert ? Ou avez-vous été invités sans avoir de dessert ? Si vous avez des amis, et c'est mon cas, vous avez des invitations, et êtes invités. Vous mangez donc des desserts à chaque fois.

" C'est normal, me dit-on, c'est la convivialité, c'est une fois de temps en temps... "

La fête des mères sans un gâteau ? La fête des pères sans sucreries ? Ce serait dommage.

" Détends-toi un peu, me dit-on, ce n'est qu'une fois de temps en temps ".


Et puis il y a le bonbon offert à chaque stand du marché, le chocolat le dimanche à l'église, le Carambar de la fromagerie, la papillote du boucher, la "tête brulée" offert par le voisin dès qu'il les croise, la mamie qui veut faire plaisir. Ils sont tellement mignons !

" C'est tout petit, me dit-on, et ce n'est une fois de temps en temps. "


Astuces

L'idée n'est pas de se morfondre en ressassant cela à longueur de journée. Les enfants sont très sollicités pour manger des sucrerie, c'est une réalité. On peut commencer par limiter les dégâts avec des petites astuces. En voici 10 :

  1. Ne pas manger le bonbon tout de suite. Le mettre dans une boîte, choisir un jour où l'enfant a le droit d'en manger. En pratique, la boîte déborde vite à ce rythme. C'est aussi une façon de prendre conscience du problème.

  2. Oser être différent. Si vous invitez, ne multiplier pas les sucreries : dessert ou bonbon ou soda. Si vous tenez à offrir quelque chose suite à la fête d'anniversaire de votre enfant, offrez un objet, pas de la nourriture.

  3. Faites choisir à votre enfant. Le biscuit donné à l'église ou la pâtisserie prévue pour le repas de midi ? La viennoiserie du matin ou l'apéro avec les amis le soir ?

  4. Ne prenez pas les menus enfants qui ont souvent soda + dessert. Choisir entre les frites, le soda ou le dessert.

  5. Parlez à votre enfant avec compassion. Ne le grondez pas s'il a du mal à se retenir. Dîtes-lui qu'il est normal. Ce n'est que quand on essaye de se limiter qu'on réalise que le sucre créé une dépendance. Félicitez-le quand il fait des efforts pour se limiter ! Soyez un allié pas un accusateur.

  6. Evitez de l'exposer à la publicité. 20 milliards sont dépensés chaque année dans le monde pour le marketing alimentaire destiné aux enfants. Ce n'est pas anodin. Attention aux messages de la télévision, des jeux vidéos en ligne, et même des emballages de produits. Tout est fait pour les pousser à en vouloir plus.

  7. Evitez de le récompenser ou de le consoler avec la nourriture. Ces associations s'impriment et sont difficiles à faire disparaitre à l'âge adulte.

  8. Sensibilisez vos proches à cette surenchère pour qu'eux aussi fassent attention.

  9. N'ayez pas peur de déplaire à votre enfant. Vous faites les choses pour son bien, il le comprendra plus tard.

  10. Dès que possible, faites les desserts maison. Tentez de réduire les doses de sucre dans les recettes. Souvent c'est tout aussi bon.

J'entends souvent des mamans dirent " je suis une mauvaise mère ". Ce n'est pas vrai ! C'est très difficile de bien nourrir son enfant. Ne baissez pas les bras. Chaque petit effort a son importance.

La réalité

Ne nous leurrons pas, les enfants ne mangent pas du sucre " une fois de temps en temps ". Je crois plutôt qu'il est difficile de, " une fois de temps en temps " , ne pas leur en donner.


Le phénomène est récent. Nous n'avons pas encore de recul sur les conséquences que cela peut avoir à long terme. Petite, je me souviens avoir eu beaucoup moins de sollicitations à manger du sucre. On ne m'en donnait pas à l'école, ni en colonie, ni dans les commerces. Nous ne fêtions pas Halloween et les calendriers de l'avent n'étaient pas en chocolat. Quand ma maman était petite, les seules friandises qui existaient étaient les caramels. Quant à ma grand-mère, elle enviait son amie qui mangeait .... une banane une fois par semaine.


La première étape est de se rendre compte de cette surenchère progressive.


Pensez-vous que cette surenchère existe ? Pensez-vous que cela soit un problème ? Avez-vous des difficultés à limiter votre enfant ?

Dans mon programme en ligne " Mieux nourrir ma famille ", j'abord ces sujets. Je propose des solutions concrètes pour les familles, à mettre en place pas à pas, à son rythme, sans se culpabiliser et en privilégiant la convivialité et le plaisir.

Plus d'infos : https://www.crescendovita.com/product-page/mieux-nourrir-sa-famille



192 vues2 commentaires

Pour plus d'informations

Inscrivez-vous à la newsletter CrescendoVita

Retrouvez

CrescendoVita

sur les réseaux sociaux 

© 2019 by CrescendoVita - created with Wix.com

  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon