Glycémie et énergie

Mis à jour : juin 19


Une glycémie qui fait les montagnes russes, ce sont des pics d’énergie suivis de moments de fatigue, de faim, d’irritabilité qui correspondent à un taux de sucre faible dans le sang. Est-ce normal? Doit-on et peut-on fonctionner différemment?


Une anecdote

Je débute par une anecdote que je trouve parlante.

Un jour, je devais faire une prise de sang à jeun. Je suis donc sortie de la maison sans prendre de petit déjeuner. Je suis ensuite allée directement à la Défense pour débuter ma journée de travail. C’était avant ma reconversion professionnelle, lorsque je travaillais encore dans la finance. De 8h à 20h, j’ai enchainé les réunions. A midi, j’avais un break de 30 min pour déjeuner. mais quelqu'un de mon équipe cherchait à me parler. J'ai donc casé un entretien à la place de la pause déjeuner. Vers 20h, alors que je terminais ma dernière réunion, j’ai eu mon mari au téléphone: nos enfants étant chez leurs grand-parents, nous avons décidé d'en profiter pour aller au cinéma, ce que nous avons fait sans repasser par la maison. Sur le chemin du retour, vers 22h, j’ai soudain réalisé que je n’avais pas mangé de la journée !


Ceci aurait été impossible auparavant. Ce jour-là, j’avais été concentrée du matin jusqu’au soir, de bonne humeur, efficace et dynamique. Sans jamais penser à manger. Sans ressentir ni fatigue, ni faim. Car mon corps savait puiser dans les réserves pour maintenir une énergie constante. Il savait utiliser l’énergie stockée sous forme de gras partout dans mon corps, pour me permettre de tenir cette longue journée sans apport de nourriture. Une journée certes assez sédentaire, mais très exigeante intellectuellement, ce qui nécessite aussi de l'énergie !

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas de celles qui oublient de manger par manque d’intérêt pour la nourriture. Je suis une gourmande, j’aime beaucoup manger, je suis fan de gastronomie. Cela reste vrai. Mais la liberté d’être détachée physiquement et psychologiquement de devoir manger toutes les quelques heures est un grand avantage !


La glycémie en quelques mots

Elle correspond au taux de sucre dans le sang. Votre corps la régule grâce au pancréas qui sécrète de l'insuline. La glycémie s'élève quand vous mangez des glucides.


Où trouve-t-on des glucides ? Dans la plupart des aliments, même les légumes en contiennent. Mais c'est dans les céréales, les féculents, les légumineuses et les aliments au goût sucré que vous trouverez les plus fortes teneurs.


Quand votre apport en glucides est élevé, votre glycémie grimpe. Il se peut que vous ressentiez un petit effet "coup de fouet" énergisant. Par son action, l'insuline dirige l'excès de glucose dans les cellules et le stocke sous forme de gras. Vous pouvez avoir à ce moment un contre coup (fatigue, irritabilité, faim) lié un une baisse rapide de votre glycémie.


Votre glycémie peut aussi faire les montagnes russes sans que vous ne vous en aperceviez, notamment si vous mangez fréquemment, avant d'arriver en hypoglycémie. Vous évitez ainsi le creux de la vague, mais vous adoptez un fonctionnement qui épuise votre corps à petit feu.


A l'inverse, vous pouvez avoir une glycémie stable et fonctionner en mode "brûleur de graisse". Votre carburant devient le gras de votre corps, un carburant dont le corps est friand, et il faudra des jours et des jours avant que les stocks ne s'épuisent.


Et concrètement, que faire?

Ce mode "brûleur de graisse" n'est pas un mode commun dans notre environnement actuel. Nous mangeons trop fréquemment et nous mangeons trop de glucides, pour que cela soit possible. D'autres facteurs comme le manque de sommeil ou le stress, jouent également.


Avec mon anecdote, je ne souhaite encourager personne à se forcer à ne pas manger pendant un jour entier. Autant le jeune est une excellente chose, autant je pense qu'il faut y aller progressivement, car le corps doit réapprendre à fabriquer l'énergie différemment. Il savait le faire quand vous étiez bébé, il suffit de lui réapprendre. Jeuner ne devrait pas être difficile. C'est important de savoir écouter les signaux du corps qui dit stop.


Voici quelques idées pour progressivement stabiliser votre glycémie :

1) dormez plus, limitez thé/café, et prenez conscience de votre niveau de stress.

2) méfiez vous des ingrédients cachés dans les produits que vous consommez (additifs et sucres ajoutés qui se cachent sous 1000 noms différents).

3) commencer par ne pas manger de dessert à chaque repas (cela comprend les fruits et les yaourt aromatisés). Attention aussi aux noix, si vous en prenez des quantités importantes.

2) prévoyez de temps en temps des repas sans féculents (pain, pâtes, riz, pomme de terre, céréales, lentilles, quinoa, etc.) - Ne vous affamez pas pour autant, remplacer par plus de viandes, d'oeufs, et de matières grasses.

3) peu à peu, quand vous le sentez, faites des journées entières sans desserts ni féculents.

4) une fois habitué, essayer de ne manger que deux repas par jour, de temps en temps, puis plus souvent si cela vous convient.


Est-ce que le terme "montagnes russes" vous parle? Pensez-vous que vous fonctionnez comme cela? Avez-vous essayé de stabiliser votre glycémie? N'hésitez pas à nous faire part de vos expériences.


Pour plus d'informations

Inscrivez-vous à la newsletter CrescendoVita

Retrouvez

CrescendoVita

sur les réseaux sociaux 

© 2019 by CrescendoVita - created with Wix.com

  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon