Choisir son huile

Mis à jour : 14 déc. 2019

Encore un sujet sur lequel on entend tout et son contraire. Je vous explique ce que j'en pense et pourquoi.


Premier critère : la transformation

Obtenir de l'huile à partir de végétaux n'est pas simple. Cela demande beaucoup de transformation et n'a rien de naturel. L'extraction se fait à de très hautes températures puis il y a un processus de raffinage en plusieurs étapes pour éliminer les composés nuisibles: dégommage, neutralisation, décoloration, filtration, désodorisation. Les huiles de noix, d'olive et de coco sont les seules exceptions, si on les choisit "extra vierge" ou de "première pression à froid".



Second critère : le lieu de production

Je pense que nous sommes faits pour manger ce qui pousse autour de chez nous. Il y a une logique entre ce dont nous avons besoin et ce qui se trouve dans notre environnement proche. Par exemple, on sait que les fruits exotiques ont des vertus particulièrement utiles à ceux qui vivent sous le soleil. De plus, consommer local est écologique. Pour moi qui vit en France, cela veut dire que je ne consomme pas ou peu d'huile de coco. Reste donc l'huile de noix et l'huile d'olive.


Troisième critère : les omégas

On conseille la consommation de certaines huiles (notamment colza, lin ou palme rouge) pour leur richesse en omégas 3, un type de graisse qui est essentiel. Malheureusement, on s'est rendu compte que la plupart d'entres nous n'a pas la capacité d'absorber ces graisses. Autrement dit, les seules vraies sources d'omégas 3 sont animales (oeuf, poisson, viande). Le principe c'est que les animaux mangent de l'herbe (ou du pourpier pour les poules) et absorbent les omégas 3. Lorsque nous mangeons leur viande (ou leurs oeufs), nous pouvons à notre tour bénéficier de ces précieux omégas 3 qui sont cette fois sous une forme que nous savons absorber. Cela signifie que nous devons choisir des animaux élevés en plein air, qui mangent de l'herbe et non des céréales.


Tour d'horizon

- l'huile d'olive est de loin la meilleure, si elle est de bonne qualité (extra vierge ou 1ère pression à froid) et si elle n'est pas chauffée.

- l'huile de noix est une bonne option car elle est souvent peu transformée et peut-être produite localement. Ne pas en abuser car elle contient beaucoup d'omégas 6.

- l'huile de colza est très transformée. Si elle ne l'est pas, elle n'est pas bonne au goût. Les omégas 3 qu'elle contient ne sont pas disponibles. Elle ne présente pas d'intérêt selon moi.

- l'huile de lin possède beaucoup d'omégas 3 mais qui sont peu disponibles. Elle a l'inconvénient d'être extrêmement fragile. Elle rancit facilement. Elle doit être conservée au réfrigérateur et consommée rapidement.

- l'huile de caméline est également riche en oméga 3 qu'on peut difficilement absorber.

- l'huile de coco est la seule qui puisse être chauffée sans se détériorer. Elle est très à la mode mais vient malheureusement de l'autre bout du monde.

- l'huile de tournesol et de pépins de raisons contiennent beaucoup trop d'omégas 6 et sont très transformées.


Les huiles ne se chauffent pas

La seule matière grasse végétale qui se chauffe est l'huile de coco. Les autres se détériorent à la cuisson et deviennent nocives. Je fais donc comme faisaient nos grand-mères, je cuis les aliments avec de la graisse animale : lard, graisse de boeuf (suif) ou de canard. Autre astuce: cuire les légumes à la vapeur et ajouter l'huile d'olive après la cuisson.


Et vous? Quelle matière grasse utilisez-vous? Vos avis, astuces, témoignages sont toujours les bienvenus sur ce site.

101 vues6 commentaires

Pour plus d'informations

Inscrivez-vous à la newsletter CrescendoVita

Retrouvez

CrescendoVita

sur les réseaux sociaux 

© 2019 by CrescendoVita - created with Wix.com

  • Noir Icône YouTube
  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon